flashback - intruder (jax)

Aller en bas 
Samuel Warren
member - bronze status
avatar

In Town Since : 04/07/2018
Writings : 47
Real Face : lysa
Faceclaim : rami malek (little widling)
Alter Ego : nahid isham
Birthday : dix huit août, trente quatre ans et une nouvelle vie qui commence
Heart : célibataire
Job or Studies : ancien militaire maintenant contrôleur sur le port, rêve de musique une fois rentré chez lui
Neighborhood : pioneer moose, la terrasse qui ne donne sur rien d'autre qu'un cours d'eau au loin
Last Purchases : des cigarettes, un paquet de reese's, une pizza

we will rock you


sierrasifjax — toi ?


ϟ jax (turfwar)
♪ sapho, phenix, teo (musictherapy)

flashback - intruder (jax)
5th Juillet 2018, 23:49
            

Intruder
C'est une formalité que d'enfiler cet uniforme. Tu l'as fait pendant de nombreuses années, même rituel tout les matins que d'être impeccable. C'est un peu différent cette fois-ci cependant. Tu as troqué le bleu marine et les broches sur ta veste ou ton pull suivant la journée qui se dressait devant toi pour un noir profond, juste troublé par le logo du port et l'insigne sécurité dans ton dos. Tu jettes quand même un regard vers le bas de ton armoire, où dans la valise en cuir dorment tout tes souvenirs militaires, mais tu attrapes tes affaires et tes clefs, heureux de commencer cette nouvelle vie.
Sur le trajet, tu te remémores tout ce que tu as entendu il y a quelques temps pendant la traditionnelle réunion d'informations, où au final on t'a plus questionné sur tes quatorze ans de service qu'on t'a commandé. Seul un de tes collègues, il y a quelques jours, t'a réellement guidé, et te voilà aujourd'hui en route pour ton premier jour de service vraiment tout seul. Le 4x4 se gare dans le parking du staff et tu glisses tes cigarettes dans ta poche en remontant la fermeture de ta veste, enfouissant ta mâchoire dans ton col.
Et tu es là. Quelques ponts vérifiés, des cales inspectées mais surtout une présence pour faire passer quelconque envie d'activité illégale. On te l'a répété mille fois - pas question qu'on traîne dans le coin pour quelconque activité illégale. Tu supposes que ça fait mal vu pour les marins qui accostent dans le coin ; ça ne te choque pas, tu as l'habitude de la discipline sur les bateaux. Tu as donc nombre de démarches à suivre suivant la situation qui se présente devant toi, et c'est naturellement que tu t'avances vers le jeune homme adossé dans le périmètre qu'on t'a attribué aujourd'hui, un peu à l'écart des hommes qui s'affairent déjà à déballer diverses caisses.
— Bonjour ?
Tu t'approches de lui, ton souffle marqué dans la brume du matin.
— Je peux te demander ce que tu fais dans le coin ?
Tu prends ton rôle au sérieux. Après t'être voué corps et âme à ton armée pendant quatorze ans, il te faut prendre une autre cause à cœur pour ne pas devenir fou - et te détermination se lit sûrement sur ton visage.


what doesn't kill me
better run
Revenir en haut Aller en bas
      
Jax Thomson
member - bronze status
avatar

In Town Since : 04/07/2018
Writings : 287
Real Face : blue afternoon, anaïs.
Faceclaim : david prat, miserunt.
Alter Ego : nope.
Birthday : vingt-trois années de vie épuisée, les années qui s'achèvent à chaque huit juin.
Heart : organe vital incapable de battre plus que la norme, cœur incapable de tomber pour quelqu'un. l'incapacité à aimer depuis toujours, il n'y arrive pas à se laisser submerger par ce sentiment destructeur.
Job or Studies : emmerdeur le jour, dealer la nuit.
Neighborhood : une adresse qu'il est incapable de retenir, mais au moins, il connait le chemin.
Last Purchases : un paquet de clopes pour se niquer la santé et le briquet qui va avec.

─ people are poison

la famille, flora & mulan
la coloc, sierra, alma & fares
l'électricité, joana
guerre ouverte, samuel
l'inconnue de la colline, sapho
presque comme un père, augustus


and life is pain ─

sierra // joana // samuel
alma // tc // flora
sapho

Re: flashback - intruder (jax)
8th Juillet 2018, 01:40
            

la douce mélodie de la liberté sonne à son ouïe, une symphonie que lui seul peut percevoir au-dessus du bruit des vagues frappant le béton où il est allongé comme un animal échoué. parce qu'aujourd'hui, il est libre le gamin. c'est fini, l'histoire d'un enfer vivant le consumant s'achève. la fuite qui marque la fin de tellement d'années de souffrance marquant sa peau de maux éternels et son esprit de souvenirs douloureux qui seront à jamais ancrés dans les méandres de sa mémoire. oui, aujourd'hui, jax est parti ne laissant pas d'autre choix que l'acceptation de son départ aussi surprenante que prévisible. libéré de ses chaînes l'enchaînant à une cage de douleurs le retenant depuis bien trop longtemps, libéré pour finalement trouver un semblant de paix dans sa vie instable. et à aucun moment, il ne regrette de s'être cassé du vieil appartement tombant en ruine où cris et pleurs résonnaient dans chacune des pièces. qu'importe la vision des yeux larmoyants de la mère le regardant faire son sac avec une supplication silencieuse de ne pas l'abandonner à son triste sort dans ce triste lieu. qu'importe les hurlements du père l'insultant de divers mots pour prouver une dernière fois qu'il est le chef de famille et qu'il est celui prenant les décisions. une mère impuissante comme toujours, un père violent comme toujours, une routine qu'il quitte pour toujours sans l'ombre d'un remords ou d'un regret au fond de son être. il s'en fiche de s'être pris une dernière dérouillée par le paternel pour arriver à passer la porte menant à l'indépendance. les derniers éclats de violence destinés à retenir l'ingrat qu'est jax d'après ses propres mots. encore une fois, la tentative d'user des poings pour contrôler l'incontrôlable a été utilisé. mais le sang coulant sur ses papilles a un étrange goût de liberté cette fois-ci, une correction qu'est presque accueillie avec un sourire dans son esprit lorsqu'elle est significative de la toute dernière de sa part. la sensation brûlante des poings fracassants ses côtes en vaut le coup cette fois, et ça a beau lui faire mal, il se sent étrangement bien là sur le port au bord de la mer. le refuge secret de son enfance où il a toujours accouru pour trouver une sécurité introuvable à la maison, où il s'est toujours réfugié pour évacuer sa haine et sa rage. même en ce jour synonyme d'une liberté tant désirée, il est encore à traîner là avec son regard fixant l'horizon aux couleurs éblouissantes et son faible sourire au coin de ses lèvres. une esquisse faiblarde de joie preuve qu'il savoure sa libération acquise durement. ouais, peut-être qu'il sait pas où il logera ce soir, mais il s'en moque tant qu'il est éloigné de l'âme pourrie du monstre rythmant tous ses sombres cauchemars. reposante paix qu'il trouve pour quelques heures. du moins avant que sa bulle de tranquillité éclate sous la salutation bien trop proche de lui. il ne répond même pas, jax, l'impolitesse bien présente car il se moque royalement de cette personne étrangère gâchant son moment de répit. mais la réalité lui retombe dessus bien trop rapidement à son goût quand il n'abandonne pas, l'inconnu. l'interrogation légitime le concernant, lui, le gamin tâchant le décor des durs travailleurs. « j'fais un spectacle de claquettes. ça se voit pas ? » qu'il crache avec amertume entre ses dents grinçantes sous l'agacement. sa tête pivote légèrement dans la direction de la voix pour voir apparaître une ombre au-dessus de lui, l'image à contre-jour où il n'aperçoit qu'une silhouette noire et les rayons de soleil brûlant sa rétine. ça dure qu'une seconde. une seconde où il lui accorde un peu de son attention avant de replanter ses prunelles dans le paysage idyllique apaisant les vagues violentes fracassant son être. pas la moindre marque de respect dans sa façon d'agir, rien qu'une ignorance face à celui qu'il devrait peut-être respecter.
Revenir en haut Aller en bas
      
Samuel Warren
member - bronze status
avatar

In Town Since : 04/07/2018
Writings : 47
Real Face : lysa
Faceclaim : rami malek (little widling)
Alter Ego : nahid isham
Birthday : dix huit août, trente quatre ans et une nouvelle vie qui commence
Heart : célibataire
Job or Studies : ancien militaire maintenant contrôleur sur le port, rêve de musique une fois rentré chez lui
Neighborhood : pioneer moose, la terrasse qui ne donne sur rien d'autre qu'un cours d'eau au loin
Last Purchases : des cigarettes, un paquet de reese's, une pizza

we will rock you


sierrasifjax — toi ?


ϟ jax (turfwar)
♪ sapho, phenix, teo (musictherapy)

Re: flashback - intruder (jax)
10th Juillet 2018, 22:41
            

Intruder
Il ne te réponds pas, le gosse. Ton bonjour reste sans réponse alors qu'il ne vrille pas, semblant être là depuis une éternité, ancré dans les lieux de manière tellement indélébile qu'il ne s'imagine pas qu'on puisse le déloger. Tu te demandes un instant si tu es le premier à venir remuer un peu les lieux, à venir jeter un œil sur les travailleurs du port. Il est vrai que réglés comme du papier à musique, ils ne semblent pas avoir besoin de qui que se soit, trop entraînés dans cette danse continuelle, trop bien dressés pour faire un écart. Mais la remarque du gosse et le fait qu'on t'ai embauché chasse de ta tête tout doute - si tu es là, c'est qu'il y a une raison.
— J'fais un spectacle de claquettes. ça se voit pas ?
Ça ne te fait pas vraiment rire. Pas du tout, même. Ça te rappelle ces fils à papa enrôlés dans ton armée comme si on comptait sur elle pour les discipliner, sur tout ces clichés ambulants de belles gueules musclées qui faisait régner la loi sur leur petit empire ( leur foyer, bien souvent ) et qui pensaient pouvoir faire la même chose dans leur nouveau monde militaire. Tu oublies un peu rapidement ce qu'on t'a timidement soufflé lors de ton engagement. Ce n'est pas non plus un terrain militaire, ici. C'est une question de surveillance, de vérifier que rien d'illégal ne se trame trop près des bateaux, qui eux-mêmes suivent la loi au niveau de ce qu'ils déchargent par ici. Alors vous pouvez concrètement vous contenter de contrôles d'identités et de stock. Ça risque de pas plaire aux gamins du coin, mais ne rentrez pas dans leur jeu, montrez leur juste qu'il y a maintenant quelqu'un qui vérifie si rien de trop louche se vends. Il se retourne vers toi un instant. Il n'est pas effrayé le moins du monde, mais effectivement, ça a l'air de ne pas lui plaire.
— Je suppose en vue de ton attitude que tu ne travailles pas par ici. Si tout du moins tu travailles.
Tu marques une pause. C'est plus fort que toi. On t'a peut-être survendu les trafics qui se passent dans la baie, c'est vrai qu'elle a l'air tranquille, cette ville côtière, mais au fonds t'en sais rien. Tu te dis encore une fois que si ton poste est là, c'est qu'il y a une raison, alors n'importe qui sur le port peut cacher quelque chose. Tu ne le connais pas, tu ne sais pas ce qu'il s'y passe, alors t'agis comme il te semble le falloir. Tu ne le connais pas non plus, le jeune homme allongé devant toi, alors tu suis le protocole. C'est tout.
— Tu as un papier d'identité sur toi, qu'on vérifie si t'es bien un danseur ?
Tu fais quelques pas sur le côté histoire de rentrer dans son champs de vision, soutenant son regard, impassible.


what doesn't kill me
better run
Revenir en haut Aller en bas
      
Jax Thomson
member - bronze status
avatar

In Town Since : 04/07/2018
Writings : 287
Real Face : blue afternoon, anaïs.
Faceclaim : david prat, miserunt.
Alter Ego : nope.
Birthday : vingt-trois années de vie épuisée, les années qui s'achèvent à chaque huit juin.
Heart : organe vital incapable de battre plus que la norme, cœur incapable de tomber pour quelqu'un. l'incapacité à aimer depuis toujours, il n'y arrive pas à se laisser submerger par ce sentiment destructeur.
Job or Studies : emmerdeur le jour, dealer la nuit.
Neighborhood : une adresse qu'il est incapable de retenir, mais au moins, il connait le chemin.
Last Purchases : un paquet de clopes pour se niquer la santé et le briquet qui va avec.

─ people are poison

la famille, flora & mulan
la coloc, sierra, alma & fares
l'électricité, joana
guerre ouverte, samuel
l'inconnue de la colline, sapho
presque comme un père, augustus


and life is pain ─

sierra // joana // samuel
alma // tc // flora
sapho

Re: flashback - intruder (jax)
Hier à 18:42
            

"tu dois", "tu ne dois pas", des débuts de phrases qu'il a entendues tout au long de son existence. ça a commencé quand il n'était qu'un gamin naïf tentant de faire la différence entre le bien et le mal dans un environnement hostile. ces mots s'échappaient sans cesse pour se poursuivre éternellement d'interdictions ou de règles à suivre, celles que certains tentent de faire respecter par tous les moyens pour que jamais la terre ne devienne chaos. et jax, ils ont trop voulu le maintenir sous contrôler, qu'il reste à sa place pour que jamais ils ne filent entre leurs doigts. ils l'ont étouffé sous ce contrôle omniprésent, à tel point qu'il a fini par haïr tous ceux qui désiraient lui dicter sa conduite. que cela soit ce monde corrompu, cette société hypocrite ou ces personnes se pensant au-dessus des autres, eux tous qui ont créé des tas et des tas de lois pour aider les autres à trouver justice qu'ils disent mais qui jamais ne sont venus l'aider, lui. alors, jax, il en a entendu trop de leurs mensongers, au point d'arriver à saturer de tout cela et de finir par penser être au-dessus de ces règles fixées, au-dessus de ces lois créées. gamin qui ne respecte que les limites qu'il se fixe, gamin qui n'écoute jamais celles qu'on lui dicte. il se moque des interdictions. le prisonnier s'est défait de ses chaînes et a vite pris goût au risque éternel planant au-dessus de sa tête, à cette incertitude des conséquences de ses actes. il se sent libre. il se sent vivant.
mais pourtant, là, à fixer le paysage reposant de la mer agitée, jax ne transgresse aucun règlement. il est juste là, posé pour remettre de l'ordre dans ses pensées désordonnées. dans ce refuge qu'il a eu tellement de mal à trouver, le monde persiste à vouloir contrôler l'incontrôlable. alors, il n’apprécie pas lorsque l'étranger débarque à ses côtés avec son uniforme. cet uniforme offrant trop de droit à la personne qui le porte, tellement qu'ils finissent par se croire au-dessus des autres comme si ce simple habit pouvait leur donner une valeur supplémentaire à tout autre homme. ce n'est qu'un coup d’œil qu'il lui lance avant de l'ignorer, car il se moque de ce qu'il souhaite. jamais, il n'exercera un quelconque pouvoir sur lui, il n'est qu'un intrus sur ce port qu'est son havre de paix. il se fiche de lui et de ses paroles. du moins, jusqu'à percevoir les derniers mots de sa phrase qui le font vriller. « tu te crois au-dessus des autres, j'me trompe ? » qu'il crache dans un éclat de colère. ça l'énerve l'attitude de cet étranger, cette phrase glisser dans les airs insinuant qu'il ne représente qu'un énième type qui ne fout rien de sa vie dans son esprit. ça l'agace. ça l'énerve. cliché ambulant qu'est-ce type. et même si c'est vrai, qu'il n'a pas trouvé de boulot pour le moment, ça lui laisse pas le droit de lui sortir cette phrase comme si il ne signifiait rien, comme si il n'était rien. il ne supporte pas ça, jax, ce jugement. ce perpétuel jugement sur sa personne. « et jusqu'à preuve du contraire, le port n'est pas fermé à la visite. » il le sait, depuis le temps qu'il vient ici. il connaît mieux ce port que n'importe qui, il y a traîné des heures et des heures fouillant chaque recoin. alors, il le connaît presque mieux qu'il se connaît. et les règles aussi, étrangement, il les connaît.
Revenir en haut Aller en bas
      
Contenu sponsorisé



Re: flashback - intruder (jax)
            

Revenir en haut Aller en bas
      
 
 Sujets similaires
-
» Olivier Témime - The Intruder
» Flashback tour-L'integrale 4
» Flashback Tour ou Tour 66
» briquet style zippo flashback tour
» The Flashback Band 82


 :: 3/ Haven Bay, Maine :: Luhrs Harbor-
Sauter vers: