Le jeu du chat et de la souris ft Dylan

Aller en bas 
Camden Lewis
member - bronze status
avatar

In Town Since : 09/07/2018
Writings : 5
Real Face : Twixie (Sarah)
Faceclaim : Charlie Winzar (.Cranberry)
Alter Ego : Teo l'ancien militaire perdu entre deux femmes
Birthday : 27 ans - le 22 mars 1989
Heart : Pourquoi choisir une régulière quand je peux avoir toutes les femmes de la ville?
Job or Studies : Comptable pour le club de biker de mon père, le jour. Trafiquant d'arme et tueur à gage pour le club de mon père, la nuit.

Le jeu du chat et de la souris ft Dylan
12th Juillet 2018, 09:02
            

Le jeu du chat et de la souris
EXORDIUM.
Lorsqu’il poussa la porte de sa maison, il se dirigea directement vers le frigo. La journée avait été encore compliquée. Une guerre des clans faisait rage à l’ouest de la région. Il fallait sans cesse qu’il se rende à Dedham. Réunion de crise comme son père le disait toujours. Pour l’instant, il ne faisait que des plans, de la surveillance, des plans, de la surveillance. Pour le jeune Camden, il fallait que ça bouge. Il en avait marre de ses réunions à ne rien foutre. Juste à écouter. À donner son avis quand c’était le moment. Il était né dans le club. C’était sa vie. Depuis son plus jeune âge, son père l’emmenait sur sa moto. Puis lorsqu’il eut seize ans, le club lui offrit sa propre moto. Enfin à dix-huit, il rentrait officiellement dans le club, en portant sa veste avec l’insigne du club. Il vivait pour le club depuis toujours, et cela lui allait très bien. Pourtant, là, il aurait préféré chevaucher sa moto, tirer sur ces cons de polonais qui avait décidé que monter sur une moto, c’était être biker, et leur foutre une racler. Mais, il n’était pas le représentant, alors, il fermait sa gueule et obéissait aux ordres. Il décapsula sa bière et partie s’installer dans un des fauteuils du salon. Qu’allait-il faire de sa soirée ? Il aurait pu rester au club. Les plus jeunes et fêtards, ceux sans régulières avaient décidé d’inviter des jolies-culs pour une soirée. Du sexe et de l’alcool en perspective. Il aimait les jolies-culs, c’est fille pas forcément des prostitués, mais plutôt des filles qui recherchaient le grand frisson. Elles venaient dans l’optique de se faire culbuter sur le billard. Par un, deux ou trois motards. Ouai, son monde était sombre. Rare étaient les bikers casés, qui avait une régulière. Pour la plupart, il vivait en rustre, homme des cavernes. Il baisait. Parfois devant tout le monde. Souvent dans les chambres. Le reste du temps dans le jardin. Les bikers étaient un monde sombre. Mais, il aimait ça. Ils étaient sa famille et il était la leur. Il aurait tué pour chacun de ses frères ou de leurs régulières. C’était le serment qu’il avait fait. Ouai, ce soir, il aurait aimé avoir un jolie-cul avec qui s’amusait. Il aurait pu en ramener une chez lui. Rien ne l’interdisait. Mais, sa maison, ici, à New Haven était son havre de paix. Son échappatoire. Pas de jolie-cul ici. Des filles de la ville, qui ignoraient tout de son activité criminel d’accord. Mais pas de filles liées au club. Il posa la tête sur le repose tête. Bordel, d’avoir pensé aux filles du club, il avait maintenant envie. Il pourrait peut-être aller dans le bar de la ville. Il trouverait toujours une fille prête à le satisfaire. Je vois déjà votre visage. Quel con ce mec. Aucun respect. Il en avait, il en aurait peut-être un jour, s’il avait une régulière. Mais pour l’instant, c’était le plaisir avant tout. Comme le club, lui avait toujours appris. Il allait se relever pour partir, lorsqu’une idée lui vint. Il avait encore ce problème à régler. Cette Dylan. Il l’avait presque oublié. Déjà une semaine et demi, que cette merveilleuse créature avait débarqué avec son esprit chevaleresque. Il fallait le reconnaître, elle avait du courage. S’offrir corps et âme à un dangereux criminel comme lui pour sauver la vie de son cousin. Ce petit con devait de l’argent au club. Il n’allait pas le tuer, sinon comment, il pourrait récupérer son fric. Il l’avait juste amoché. Un peu beaucoup. Assez en tout cas, pour que cette petite, s’offre entièrement à lui. Avec un autre biker, elle aurait pactisé avec le diable. Mais, lui, ce n’était pas le genre à violer une femme. Car c’était ça le problème. Elle s’offrait à lui, mais ce ne serait jamais vraiment par plaisir. Pourtant, il fallait qu’il s’assure qu’elle n’ouvrirait jamais sa bouche. Il fallait qu’il joue un peu avec elle. Qu’il lui fasse peur. Ensuite, il la laisserait partir. Elle avait beau être jolie et sexy… Enfin du peu qu’il en avait vu. Il jugerait mieux la marchandise lorsqu’il la verrait nue. Ce qui n’arrivera pas vu qu’il se refusait à la toucher. Sauf bien sûr si elle s’offrait à lui. De son plain gré. Sans condition. Il prit son téléphone. Elle lui avait donné pour qu’il la contacte. Il n’avait pas l’intention de le faire, mais avec les problèmes du club, en ce moment, il devait être sûr. Il chercha le contact la blondasse. Il aurait pu l’appeler Dylan. Ou la prisonnière. Mais, sur le coup il n’avait pas eu l’intention de la rappeler. « Bonsoir Dylan. Je n’ai pas besoin de me présenter. Tu as fait un marché. La vie de ton cousin. Contre toi. Il était temps de commencer à payer sa dette. Viens à cette adresse. Je t’attends. » Parfois, son métier était à chier. Pauvre fille. Ce n’était pas sa faute si son cousin était un abruti. Pourtant, il devait être sûr qu’elle ne dirait rien. Ils avaient déjà les polonais au cul, alors autant éviter les poulets. Il renvoya un sms. Autant jouer le rôle jusqu’au bout pour lui faire bien peur et être sûr qu’elle fermerait sa bouche. « Inutile de préciser que tenue sexy et légère est exigée. » Bon, ça, ce n'était pas une bonne idée. Il avait déjà envie de s’envoyer en l’air. Alors avoir une bombe dans son appartement sans pouvoir la toucher, c’était du suicide. Mais, il devait jouer le rôle de l’enfoiré à fond. Un rôle très proche de sa réalité.
Revenir en haut Aller en bas
      
Dylan Anderson
member - bronze status
avatar

In Town Since : 06/07/2018
Writings : 13
Real Face : ely.
Faceclaim : Hayden Panettiere
Alter Ego : nop.
Birthday : 2 juin 1994 + 24 ans
Heart : célibataire
Job or Studies : enseignante en école maternelle et prof de chant pour enfant.
Neighborhood : Pioneer Moose



Re: Le jeu du chat et de la souris ft Dylan
14th Juillet 2018, 00:12
            

“Le jeu du chat et de la souris.”

Camden
&
Dylan
La journée venait de se terminer et je n'avais qu'une envie, rentrer chez moi, prendre un bain et me poser dans le canapé devant la télé. Enfin, ça c'est ce que je rêvais de faire, cependant mon programme de la soirée aller être bouleversé. Alors que je suis dans ma classe rangeant le matériel utilisé dans la journée avec les enfants qui ne l'avait pas était plus tôt, j'entends du bruit dans les couloirs, alors que les portes claques. Bien évidemment, les enfants ne sont plus dans le bâtiment puisque l'école est terminée et une majeure partie de mes collègues sont déjà rentrés chez eux. Alors que j'entends le bruit approché de plus en plus, je m'arrête net regardant vers la porte me demandant ce qu'il peut se passer. A ce même moment, je vois mon cousin débouler dans la classe en fury.  « Tu ne peux pas faire ça Dylan, ce type est un malade. Etre son objet...c'est dégoûtant ! Tu ne peux pas faire ça, tu ne mérites pas ça. Je vais trouver un moyen de lui rendre son fric je te le promet et... » Je lui coupe la parole, posant le paquet de coloriage que j'avais entre les mains d'un geste brusque sur mon bureau. « Ah oui et comment gros malin ? Je te signale que si je suis dans cette merde, c'est simplement par ta faute. Si tu n'avais pas joué les idiots, ce type n'aurait certainement pas voulu t'exploser le crâne et je n'aurais pas du m'interposer et m'en mêler pour te protéger. Et déjà, je t'ai dis de ne plus débarquer comme ça sur mon lieu de travail.» L'histoire commence le jour ou j'avais découvert mon cousin dans cette ruelle, au sol le visage en sang. Eb réalité, j'avais assisté à toute la scène. Ce type sortant de nul part et passant à tabac mon cousin alors que nous nous promenions en ville. Apparemment il lui devait de l'argent depuis un moment et ce type en avait marre d'attendre. Du coup, il a décidé de lui faire comprendre en employant la manière forte.

J'aurais pu laisser mon cousin se faire passer à tabac par ce type sortit de nul part, après tout il l'avait mérité. Depuis le temps que je lui dis, que tous nous lui disons d'arrêter ses bêtises...et pourtant j'avais fais le choix de me vendre à cet inconnu pour qu'il le laisse tranquille...ou du moins qu'il le laisse en vie. Le type avait accepté, prenant mon numéro de téléphone en me disant qu'il me rappellerait lorsqu'il en aurait besoin...ou envie. Rien que de repenser à tout cela me file des frissons, mais je n'avais pas réellement eu le choix. Je ne pouvais pas rester sans agir alors que mon cousin que je considère comme un frère se faisait littéralement détruire sous mes yeux.  «C'est lui ? Donne moi ton téléphone, je vais lui répondre et lui dire de te lâcher. » lança mon cousin alors que je m'avançais vers mon bureau pour lire le sms que je venais de recevoir. En effet, il s'agissait de Camden, le biker croisé il y a plusieurs jours. Il ne passait pas par quatre chemins. Il m'avait indiqué dans son sms une adresse et une heure de rendez-vous avant de me dire de porter une tenue "sexy et légère" pour notre "rendez-vous". Si on peut appeler cela comme ça.  «Ne te mêle pas de ça. Je crois que tu as assez fait de connerie jusqu'ici. Fallait y réfléchir avant d'accord. En plus ce n'est pas lui alors maintenant tires toi d'ici que je puisse terminer de ranger mes affaires tranquillement avant de rentrer chez moi. » Je lui montre du doigt la porte se trouvant à l'opposée de la classe. Je ne suis pas du genre à m'énerver facilement. En général, je suis une personne plutôt douce et agréable à vivre, mais la il avait dépassée les limites. Il se permet de me donner des leçons alors que c'est de sa faute si je suis dans cette situation. De plus, il n'avait même pas prit la peine de me "remercier" de lui avoir sauvé la vie. Bref...

Vingt minutes plus tard j'avais enfin quitté le travail et dix minutes après j'étais rentré chez moi. A peine avais-je posé mes affaires dans l'entrée, je me dirige vers la salle de bain pour me doucher. Laissant l'eau couler sur mon visage, les yeux fermés, j'ai cette question en tête que je ne fais que me répéter.  «Que va-t-il me faire ? Que va-t-il m'arriver ce soir ? » Même si à l'extérieur je ne montre rien, à l'intérieur je suis complètement flippé. Il disait dans son sms de porter une tenue légère et sexy...pourquoi ? Est-ce qu'il allait abuser de moi ce soir ? Ou est-ce qu'il veut juste se rincer l’œil ? Dans tous les cas, j'avais accepté mon sort et je ne pouvais pas faire marche arrière sous peine de recevoir le même châtiment que mon cousin précédemment. Pour l'occasion j'avais donc enfilé une petite robe noire très "très" courte avec des talons dorés. Après avoir enfilé un trench noir sur moi et avoir prit mes affaires, je quitte mon appartement afin de ne pas être en retard au rendez-vous. Je n'avais pas envie de l'énerver...vraiment pas envie. A chaque fois que je pense à ce type, je vois cette bête enragée enchaînant les coups sur la carcasse de mon cousin...une scène des plus horribles et j'en avais encore les larmes aux yeux. Après plusieurs minutes de route, j'arrive enfin à l'endroit indiqué. Au final, ce n'est pas si loin de chez moi.

Devant la porte, je frappe contre celle-ci pour annoncer mon arrivée tout en tentant de tirer un peut sur le bord de ma robe ainsi que de me trench afin de le faire en sorte qu'on ne voit moins de morceaux de peau dépasser. Je sens mes battements de coeur s’accélérer alors que j'entends des bruits de pas venir vers moi. Le bois de la porte craque et je la sens s'entrouvrir avant de laisser apparaitre le biker face à moi. Je fuis son regard nerveusement, cherchant à regarder autre part. Partout sauf lui. Finalement, je défais la ceinture de mon trench avant de le retirer et de le laisser glisser sur mon bras. Il ne pouvait voir que la robe ou plutôt le morceau de tissu qui tente de couvrir mon corps maintenant. « Tu vois, je suis venu et j'ai suivis tes règles. Finissons-en maintenant. Si c'est mon corps que tu veux, vas-y fais toi plaisirs. » dis-je le visage fermé, sans exprimer le moindre sentiment de désir ou de plaisir.


camo©️015


Dylan Anderson
Tu sais, petite, la pâtisserie et l'amour, c'est pareil - une question de fraîcheur et que tous les ingrédients, même les plus amers, tournent au délice.
Revenir en haut Aller en bas
      
 
 Sujets similaires
-
» Enquête : petit chat perdu.
» Mika en chat sur Zap zone
» Un petit cadeau chat...rmant du Nouvel An!
» Chien ou chat ?
» video chat


 :: 3/ Haven Bay, Maine :: Peony Grove-
Sauter vers: